web analytics

Le satyre

Le satyre, proche de Dionysos, dont l’aspect animal et la luxure figuraient débauche et ivresse

Sur les anciens vases grecs, mais aussi sur de nombreuses peintures, on représentait Dionysos accompagné de personnages jouant de la musique, dansant : les satyres.

 

Le satyre, mi homme mi âne

En haut, une figure humaine. En bas une figure animale. Avec une queue, des sabots mais portant aussi les oreilles d’ânes.

Majoritairement, présentés avec une anatomie majoritairement humaine, leur représentation pouvait accentuer leur côté animal. En effet, les auteurs, pouvaient à loisir et suivant leurs objectifs appuyer leurs caractéristiques animales. Aussi, du temps de la Grèce ancienne, certains satyres pouvaient tout à fait avoir des pieds humains.  Dans le cas contraire, ils étaient des ânes que seule la bipédie humanisait.

 

 

Une représentation faciale

Sur les vases anciens grecs, les personnages sont généralement représentés de profil. Sur ce point, les satyres étaient une exception.

En effet, ils étaient présentés de face, de sorte à ce qu’on puisse bien les voir. Proches de Dionysos, leurs visages avaient la forme de masque qui furent largement repris au théâtre.

Avec une représentation faciale, on pouvait également faire ressortir leurs yeux.

 

Le sexe du satyre, énorme et toujours en érection

Toujours démesuré, le sexe en érection du satyre était un attribut essentiel de ces personnages. Ainsi, le satyre est un être débordant d’activité sexuelle, à la recherche perpétuelle de plaisir.

Ce sexe peut également prendre des formes étonnantes ! Dans certains cas, il pouvait tenir un instrument de musique. Dans d’autres, il est orné d’un œil. Il pouvait aussi être utilisé comme une arme lors de combat.

Les satyres sont souvent accroupis. En effet, à l’opposé du héros grec qui se tient debout et fier, le satyre est montré écartant les jambes.

Recroquevillés sur eux même, ils sont montrés en train de se masturber. En effet, difficile de séparer le satyre de ses envies sexuelles sur-développées. Il peut aussi rechercher à s’accoupler avec des animaux : des cervidés ou des ânes.

Des figures féminines sont souvent présentées avec les satyres : les ménades. Ces femmes possédées, qui deviendront Bacchantes chez les romains, furent souvent montrées fuyant leurs approches et leurs pulsions.

 

Ainsi, le sexe est un attribut essentiel du satyre pour montrer son aspect de débauche à l’opposé du héros.

Comme on peut s’en douter, cette figure du satyre fut considérée comme démoniaque dans la France chrétienne mais reprises car tellement associée au théâtre. Immortels, avec leurs corps anormaux, ils étaient perçus comme des animaux, sans aucune essence humaine.

 

Sources bibliographiques :

 

Une pensée sur “Le satyre

Commentaires fermés.

%d blogueurs aiment cette page :