web analytics

La tour du Diable

La tour du Diable ou un ouvrage merveilleux qui devait compter autant de marches que de jours dans l’année…

 

Découvrons ce conte qui nous est transcrit par Raoul Bayon, dans le numéro du 15 avril 1892 de la Revue des Traditions Populaires. Il l’avait recueilli à Saint Cast, dans les Cotes d’Armor en Bretagne.

 

Un maçon n’arrivant pas à embaucher des ouvriers pour son projets

Un maître maçon voulut construire pour un seigneur local une grande tour. Si grande, qu’elle aurait autant de marches que l’année comptait de jours. Toutefois, les ouvriers ne voulaient pas la finir. En effet, ils craignaient de tomber.

Aussi, le seigneur se rendit chez le maçon, fâché que le chantier n’avance pas. Il le menaça alors de le tuer d’un coup de fusil si la tour n’était finie un an plus tard.

 

En danger, il accepte l’aide d’un étrange monsieur

Un jour, un « grand monsieur » croisa le maçon. Il lui demanda pourquoi il avait l’air si désemparé devant sa tour.

Ce monsieur lui proposa de la bâtir en une nuit. Il fixa tout de même une condition. L’entrepreneur devait en effet, lui envoyer un ouvrier tout en haut pour lui donner. Ce dernier accepta en indiquant toutefois que si l’ouvrier parvenait à s’échapper, il serait laissé libre.

Ce pacte était bien dangereux. En effet, le diable s’était glissé derrière les traits du monsieur.

 

La construction diabolique de la tour

Le soir même, le maître maçon revint sur le site de la tour. Là, il entendit des pierres bouger, du bois se scier… le tout dans une ambiance comme si 1 000 ouvriers travaillaient de concert. Cependant, il ne vit véritablement personne. C’est ainsi, qu’il retourna dans ses pénates.

Le lendemain, il se leva avec l’aube. Et il vit la tour toute achevée… couverte d’or et de diamants.

 

La montée des marches d’un chat et d’un ouvrier

Tout heureux, il attrapa son chat et fit venir un ouvrier. Il lui donna comme consigne de suivre le chat monter dans la tour. Il l’invita toutefois une fois monter de redescendre tout de suite. Pour ce faire, il posa une laisse à son chat, qu’il confia à l’ouvrier.

Ainsi, le petit duo monta les marches. En haut, le diable pensant que le premier venu était l’ouvrier, attrapa le chat. Aussi vite, l’ouvrier redescendit.

Cependant, l’histoire ne resta pas la. En effet, le chat était particulièrement méchant. Aussi, il réussit à sortir des mains du diable et lui sauta au visage. Alors, il lui arracha un œil et descendit de la tour aussi vite que possible.

 

Tentative de destruction

Le diable devenu borgne, se retrouva furieux et se rendit chez le maçon. Il lui dit aussitôt qu’il comptait détruire la tour et décourager tous ceux qui voudrait travailler sur le site.

Dés qu’il fut parti, le maçon envoya sa femme voir un prêtre, en lui demandant de bénir la tour. Rapidement, le curé se rendit sur les lieux l’aspergea d’eau bénite. Le diable dut alors partir, hurlant de nombreux cris, en volant. Ainsi, il ne put la détruire.

Ainsi, aidé par le diable, le maçon parvint à construire la plus grande tour des horizons.

 

Sources bibliographiques  :

%d blogueurs aiment cette page :