web analytics

Le boeuf dans les contes bretons

Le boeuf dans les contes bretons, entre superstitions autour du vélage et animaux ensorcelés

 

Les superstitions autour du vélage

En Bretagne, on racontait qu’il fallait éviter de mener les vaches au taureau les trois premiers et les trois derniers de mai. Il en résulterait des veaux tordus.

Si une vache avait brouté dans un pré où était passé un hérisson la veille de la saillie, elle risquait d’être enhérissonnée. Le vêlage serait alors difficile.

 

Quand on craignait s’être fait volé du lait, on allait chez le devin. Il ordonnait de faire bouillir des épingles dans le lait. Aussitôt, l’ensorcelé était piqué et venait demandé à ce qu’on lui retire le sort.

Par ailleurs, lorsqu’une vache ne donnait plus de lait, on lui faisait faire le tour du champ à trois angles. Ainsi, le sort présumé partait.

 

Les éleveurs se méfiaient des hérissons, serpents et couleuvres. En effet, ils leurs reprochaient de venir boire directement le lait de la vache au pis. Ainsi, pour les chasser, on plaçait du sel ou du sureau.

 

Un loup garou sous forme de boeuf

Une fois, aux Baulets, des gens battaient de l’avoine. Pendant que les autres étaient partis dîner, l’un d’entre eux resta à garder l’endroit. Tout d’un coup, surgit un boeuf qui se mit à chercher dans l’avoine et à le répandre partout.

Le gardien lui lança une fourche. Elle resta figée dans le front de l’animal. Il se sauva alors.

Le lendemain, le gardien alla dans une auberge à proximité d’une foire. Il y vit sa fourche. Un homme lui demanda s’il la reconnaissait. Il avoua alors que ce coup l’avait délivré. Il lui proposa de l’emmener pour le récompenser chercher une barrique d’argent. Toutefois, en s’approchant la barrique tomba dans un trou.

 

Les vaches volantes

Dans un autre conte, on racontait qu’un jeune homme vivait encore chez ses parents. Pauvre, et sans travail, il se mit à parcourir le pays pour trouver de l’ouvrage en tant que tailleur de pierre.

Un jour, près d’un bois, il entendit des vaches. Il traversa le bois pour les voir. Mais si tôt qu’il fut sortit, qu’il vit 40 vaches qui s’envolèrent. Elles avaient des ailes. En s’approchant davantage, il vit qu’elles sortaient d’une carrière, formées par des tailleurs

A son tour, il se mit à extraire des vaches. Toutefois, pour éviter qu’elles ne s’envolent, il leur retira les ailes. Dés qu’il eu un bon troupeau, il les mena au marché pour les vendre. A son retour, il en tailla une nouvelle mais se garda de lui ôter les ailes. Sitôt qu’il monta sur son dos, elle s’envola et quitta la carrière. 

Comme elle continuait à voler et ne descendait pas sur terre, il lui coupa ensuite les ailes. Il atterrit chez lui et le seigneur de son village lui acheta 1000 francs sa vache.

 

Sources bibliographiques :

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer