web analytics

Les causes des monstres par Ambroise Paré

Les causes des monstres par Ambroise Paré, une approche non mythologique de la tératologie

 

Célèbre chirurgien du XVIe siècle, Ambroise Paré veillait sur la santé du roi et des grands soldats blessés sur les champs de batailles. Toutefois, ce médecin de renom un traité sur les causes des monstres : des monstres et prodiges. Il décrit alors les 13 causes qui font les monstres, le positionnant au coeur de la science des monstres  : la tératologie

 

1- La gloire de Dieu,

Pour cette cause, Ambroise Paré reprend un évangile de Saint Jean où interrogé par les disciples, le Christ répond qu’un aveugle qu’il avait soigné, n’était pas né ainsi du fait d’un de ses péchés (ou de ses parents) mais de la volonté de Dieu, pour que ses œuvres soient magnifiés en lui.

 

2- L’ire de Dieu

Ces monstres apparaissent lorsque les parents s’unissent comme « des bêtes brutes, où leurs appétits les guident, sans respecter le temps ou les les autres lois ordonnées de Dieu et de la Nature ». Il s’agit principalement du moment où les femmes ont leurs règles, moments interdis pour toutes relations sexuelles. Les enfants qui naissent à la suite, seraient sujets à de nombreuses maladies ou de malformations. Ambroise Paré reprend alors l’Ancien Testament pour appuyer ses propos (Esdras le prophète, le Lévitique)

En outre, il était reconnu que des monstres d’animaux, apparaissaient lors de menaces de grandes natures : par exemples, la naissance d’un poulain à tête d’home en 1254, à Vérone lors de la guerre entre Florentins et Pisans, ou d’un monstre avec une corne à la tête, deux ailes, un seul pied à Ravenne lors de la guerre menée par Louis XII contre Jules II.

 

3- La trop grande quantité de semence,

Ambroise Paré, reprend des propos d’Hippocrate qui aurait indiqué du risque de trop grande quantité de semence, qui engendrait un monstre avec des « parties superflues ». L’enfant aurait alors deux têtes, quatre bras, quatre jambes ou 6 six doigts…

En 1530, serait venu à Paris, un homme, dont du ventre sortait un autre, bien formé, mais dépourvu de tête, et qui aurait l’aspect de quelqu’un âgé de 40 ans.

En 1546, dans la même ville, serait né un enfant, au bout de 6 mois de grossesse, avec deux têtes, deux bras, et quatre jambes.

Par ailleurs, Ambroise Paré explique la naissance d’un enfant hermaphrodite, soit possédant les organes génitaux masculins et féminins, par un apport équivalent de semence par la mère et le père.

 

4- La trop petite quantité de semence,

Dans ce cas ci, l’enfant monstrueux naît avec un membre en moins. Paré donne l’exemple d’un enfant de 9 ans, arrivant à la porte de Saint André des arts avec seulement deux doigts à la main droite, dépourvu de jambes, mais avec des pieds en 1573.

 

5- L’imagination,

Ambroise Paré cite ici « des anciens » pour qui des enfants monstrueux naissant lorsque la mère faisait des songes ou rêveries fantastiques pendant la conception. Il reprend Héliodore qui relate la naissance d’une fille blanche par Persina et Hyduste, respectivement reine et roi d’Ethiopie. La reine aurait alors » imaginée » Andromède, qu’elle voyait en peinture au moment de la conception de la petite fille. Toutefois, suivant les cas, l’enfant pouvait être noir, trop velu ou d’apparence animale.

En 1517, une enfant serait né à Bois le roi, près de Fontainebleau, avec le visage d’une grenouille. Selon le père, avant sa conception, la mère aurait été prise de fièvre et attrapa une grenouille sur les conseils d’une voisine. Elle la garda dans la main ensuite, y compris en entrant dans le lit conjugal…

 

6-L’étroitesse de la matrice,

Dans ce cas de figure, la « matrice » ou l’utérus de la mère est trop petit pour permettre un bon développement de l’enfant à naître.

 

7- Le maintien trop longtemps assis de la mère

Si la mère reste trop longtemps assise, si elle reste avec les jambes croisées ou s’est serré trop le ventre, l’enfant peut naître avec des malformations : courbé, bossu ou avec des mains ou pieds tordus.

 

8- La chute ou les coups donnés sur le ventre de la mère

Ce cas aboutirait pour Ambroise Paré à la naissance d’enfants avec des os rompus ou boiteux, bossus.

 

9- Les maladies héréditaires

Ambroise Paré fait remarquer également que dans certains cas, les enfants héritent de malformation de leurs parents. « Un bossu fait naître un bossu ». « Les camus font leurs camus ».

 

10- La pourriture ou la corruption de la semence

Il s’agit ici de la naissance d’un monstre à partir d’un corps mort, principalement des serpents. Ambroise Paré reprend ici une des histoires prodigieuses de Pierre Boiaistuau, un de ses contemporains : lorsqu’un artisan d’Avignon ouvrit un cercueil de plomb d’un mort, « bien couvert et soudé, de façon ç ce qu’il n’y avait aucun air » fut mordu par un serpent très venimeux.

 

11- Le mélange de semence

Dans le cas où un homme ou une femme auraient des relations sexuelles avec des animaux, il donnerait naissance à des êtres mi homme mi bête. Cela s’applique également aux unions entre des animaux d’espèces différentes.

 

12- L’action de méchants

Il s’agit ici d’un subterfuge de mendiants peu scrupuleux. Ambroise Paré cite le cas d’un homme qui arracha le bras d’un pendu très endommagé  et le porta de sorte qu’on pensait qu’il s’agissait du sien.

 

13- L’action des démons et diables

Les démons, esprits mauvais, par opposition aux anges peuvent former différents monstres : centaures, serpents, crapauds, huppes, corbeaux, boucs, ânes, chiens, loups, taureaux… Ces démons occasionnent différents maux et impostures pour générer maux et malheur.

 

Sources bibliographiques :

  • Paré, Ambroise. Des monstres et prodiges. Paris 1585
%d blogueurs aiment cette page :