web analytics

Le code des flibustiers

Le code des flibustiers : accord de l’équipage qui était renouvelé avant chacune des expéditions de piraterie

Avec Alfred Harou, nous découvrons des histoires de pirates dans le numéro de septembre 1900 de la Revue des Traditions Populaires. Aujourd’hui, le code des flibustiers.

La préparation de l’expédition

Avant de partir, certains flibustiers préparaient les provisions. Ils s’occupaient des salaisons de viande. D’autres amassaient du bois et de l’eau.

Ensuite, on choisissait en communauté de la destination du voyage et du port à viser. Tout cela était formalisé dans un accord, le chasse partie, dans lequel ils précisaient les gains attendus pour le capitaine, le chirurgien et les estropiés.

Le droit du capitaine

Plusieurs cas étaient possibles. Soit le bateau appartenait à la communauté, on décidait que le premier bateau pris serait donné au capitaine.

Si le capitaine avait déjà son bateau, on précise que s’il prend un autre bateau, il choisira entre les deux. Celui moins bon sera alors brûlé. Enfin dans l’hypothèse où le bateau soit perdu, l’équipage devait s’engager à rester avec le capitaine jusqu’à ce qu’il en retrouve un autre.

Le droit du chirurgien

On attribuait au chirurgien deux cents écus pour son coffre de médicaments quoiqu’il arrive. Dans le cas de prise, le chirurgien avait droit à son lot aussi. Dans le cas où il n’y avait pas d’argent, on lui apportait deux esclaves.

Le droit des estropiés

Les autres membres de l’équipage se distribuaient le butin. Cependant, on attribuait à celui qui avait vu le bateau chassé en premier 100 écus.

Ensuite, suivant les blessures, les droits étaient divers. La perte d’un oeil était compensée par cent écus ou un esclave. Pour les deux yeux, on récupérait 600 écus ou 6 esclaves. Pour la perte de la main droite ou d’un bras droit, on obtenait 200 écus ou 2 esclaves. En cas de perte des deux mains, la prime était de 600 écus ou 6 esclaves. Le doigt ou l’orteil était valorisé 100 écus, le pied ou la jambe 200. Les deux jambes étaient compensées par 600 écus.

Cette chasse partie était signée par les capitaines et des députés désignés par l’équipage.

Sources bibliographiques :

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer