web analytics

Le diable de Rugstein

Le diable de Rugstein déguisé en marchand, vient rendre visite à des chevaliers qui avaient pactisé avec lui

 

Voici une histoire des Vosges alsacienne. Ce conte nous a été transmis par Auguste Stoebler.

 

Histoire des ruines d’un château alsacien

Non loin de Guebwiller, s’élevait sur une colline, un château. Il était alors en ruine et portait le nom d’Hugstein. Pendant plusieurs temps, il avait été la propriété de chevaliers considérés comme pillards. « Menant une vie de débauche », ils se seraient « donnés au diable ».

 

 

L’accueil d’un marchand

Au moment de payer le prix, le diable leur serait rendu visite en prenant les traits d’un marchand. Ainsi, il arriva, conduit un chariot remplis de choses majestueuses.

De ce fait, lorsqu’il arriva devant le château, il aurait été accueilli avec un grand sourire par les seigneurs du lieu. Ils s’emparèrent aussitôt de la voiture et du cheval. Ils envoyèrent ensuite le marchand dans un cachot. D’ailleurs, ils choisirent le plus sombre.

Le soir de cette capture, un valet apporta au pauvre marchand du pain, de l’eau et de la paille pour dormir. Ce dernier ne vit pas se traitement avec grand plaisir. Il pria au domestique de dire qu’il préférait largement de la compagnie et ne pourrait se satisfaire de ce maigre repas. Il offrit d’accompagner les chevaliers à souper, en les gratifiant de belles histoires.

 

Une soirée avec ses tours de magie et de sorcellerie

Et, les chevaliers acceptèrent. Ainsi, ils pourraient mieux connaître leur nouveau prisonnier et faire passer le temps avec ses récits. Une fois qu’il les eut rejoint, le marchand charma ses hôtes en leur faisant plusieurs tours. 

Au moment où minuit sonna, le marchand plaça sur la table une bouteille bleue. Elle se mit alors à craquer et fit un bruit terrible. La déflagration ne s’arrêta pas là. En effet, le » toit de la salle s’écroula ». Ensuite, » les murs tremblèrent ». Le diable reprit sa forme et emporta avec lui les chevaliers dans les airs.

Alors, il ne resta plus que des ruines

 

Sources bibliographiques  :

 

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer