web analytics

Le dragon faiseur de rois

Le dragon faiseur de rois des vietnamiens, une légende de l’indépendance du Viet Nam à la fin du premier millénaire

 

Dans le Viet Nam ancien, le dragon d’or était le porteur de la puissance et du bonheur dans le monde. Ainsi, on racontait que l’homme qui parvenait à installer des ossements de son père dans la gueule d’un dragon pouvait être assuré devenir roi.

 

La découverte d’un chinois

Un jour, un chinois venu en Anam, ancienne Viet Nam, découvrit la présence d’un dragon d’or au fond d’un lac. Après avoir regroupé des reliques d’os de son père, il chercha à un plongeur pour aller à la rencontre du monstre. Il était bien incapable lui-même de s’en charger tout seul.

Toutefois, il rencontra toutes les peines du monde à trouver un candidat. Tant est si bien qu’il allait renoncer à son projet, quand un jeune homme lui proposa de s’acquitter de sa mission.

 

La mission d’un jeune plongeur distingué

Ce candidat était un peu particulier. Fils d’une femme et d’une loutre, il disposait de qualités exceptionnelles dans l’eau, lui permettant d’y rester davantage que tout plongeur habituel.

De son côté, il avait perdu son père. Seule sa mère vivait encore avec lui. Aussi, il récupéra les restes de son aïeul, les transforma en poudre qu’il mélangea avec du riz pour en faire un gâteau. Il obtint facilement du chinois l’autorisation de l’emmener avec lui et plongea.

 

L’échange des paquets

Au fond du lac, il se trouva nez à nez avec le dragon d’or, ouvrant largement sa gueule. Alors, il plaça le paquet du chinois sous une pierre et lança son gâteau dans la gueule du dragon. Celle-ci se renferma aussi sec. Il en profita pour remonter. Là, il retrouva son commanditaire qui lui remit sa récompense.

 

Le sacre d’un nouveau roi

Alors le chinois revint dans son pays, attendant son règne venir. Toutefois, il attendit longtemps. Ce fut en effet, le jeune homme qui fut couronné en 968, sous le nom de Dinh-Tiên-Hoang.

Par cette légende, les vietnamiens expliquaient comme ils avaient repris leur indépendance des chinois.

Elle resta vive dans le pays car elle rappelait une chose : celui qui parvenait à placer les ossements de son père dans la gueule du dragon devenait roi.

 

C'est ainsi qu'on désignait le monstre : le dragon qui tient le bonheur dans la gueule

 

Sources bibliographiques :

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer