web analytics

Le dragon chez Jorge Luis Borges

Le dragon chez Jorge Luis Borges : des divinités centrales et terrifiantes de l'ancienne mythologie chinoise.

Dans son Livre des êtres imaginaires, l'auteur argentin Jorge Luis Borges propose un regroupement fascinants d'êtres de tout horizon. Parmi eux, le dragon !

Description du dragon

Borges décrit tout d'abord le dragon, comme un être prenant selon sa guise de nombreuses formes. On peut le voir ainsi avec une tête de cheval, une queue de serpent, des grandes ailes, des grandes griffes...

Le dragon est reconnu pour ses neufs ressemblances :

  • les cornes du cheval
  • la tête de chameau
  • les yeux du démon
  • le cou du serpent
  • le ventre d'un mollusque
  • les écailles de poisson
  • les griffes d'un aigle
  • la plante de pied d'un tigre
  • les oreilles d'un boeuf...

Souvent, le dragon était montré arborant une perle à son cou, emblème du soleil. Là est son pouvoir. En effet, dés lors que la perle lui était prise, le dragon devenait totalement inofensif

En Chine, les dragons étaient considérés comme les pères des premiers empereurs. Ils pouvaient se rendre visible ou invisible aux hommes selon leur volonté.

Les différents dragons

Il y a tout d'abord, le dragon céleste. Celui-ci porte les palais des divinités. Sans se support, ils tomberaient directement sur le sol.

De son côté, le dragon divin est à l'origine des vents et des pluies. Le dragon terrestre conduit les ruisseaux et les fleuves. Le dragon souterrain protège les trésors défendus aux hommes, à la manière de Smaug conté par Tolkien.

Les dragons des mers

Cinq dragons des mers vivent dans des palais sous-marins merveilleux. L'un, le plus important, se situe au centre. Les autres sont à chacun des quatre points cardinaux.

Ces dragons marins mesurent une lieue de long, couverts d'écailles jaunes. Leurs yeux flamboient, tandis que leur oreilles sont petites et épaisse. Ave leur haleine, ils font bouillir les poisons, pendant que les exhalations les rôtit.

Lorsqu'ils montent à la surface, tourbillons et typhons surviennent. Par ailleurs, les orages sont causés par leur envol

Sources bibliographiques

  • Borges, Jorge Luis. Le livre des êtres imaginaires. Gallimard. Traduction française 1987.
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer