web analytics

Le garou poitevin

Le garou poitevin était un être transformé par le diable

 

Le garou était un être damné par le diable. Il devait prendre la forme d'un animal et courir dans 7 communes la nuit de sa transformation.

Mais à l'aube, il devait être rentré chez lui, sauf en cas d'accident mortel. Toutefois, s'il est touché par un objet béni, il reprend sa véritable forme. Cependant, une seconde touche lui ôte la vie.

 

Le fantôme qui parle

Un soir, un groupe d'amis sortit d'une fête pour rentrer chez soi. Il passa par la Pierre plate, malgré les conseils des anciens. Les jeunes s'aventurèrent dans la nuit, avançant dans la neige. Ce soir là, la nuit était claire.

Tout d'un coup, arrivé sur les lieux, ils virent un fantôme traversant une prairie. Pas d'hésitation pour les jeunes ! Ils avaient devant eux un garou qui s'était alors assis sur une haie.

Prenant leur courage, ils décidèrent de s'approcher, armés de leurs couteaux. Fonçant, ils cherchèrent à le blesser. Cependant, le garou leur demanda de ne pas lui faire de mal.  C'était un vieil ivrogne qui cherchait à rentrer chez lui.

 

La condamnation du garou

"Courir la nuit à des heures indues, suivre les chemins creux et solitaires, dans le mystère des ténèbres, attendre au pied des croix, fréquenter la croiser des chemins". C'est ainsi qu'appelle garouter Edmond Bocquier dans ses légendes de la nuit de la Vendée. Ainsi, était condamné le criminel et le voleur n'ayant rien avoué encore. Le garou peut aussi être innocent mais ne pas avoir dénoncé une scène dont il a été témoin.

C'était le prêtre qui condamnait le garou. Pour cela, il prononçait un monitoire. Par ces paroles, il lançait une condamnation sans connaître le coupable d'un crime. Cela se passait de la manière suivante :

  1. Tout d'abord, le prêtre invitait le coupable à sortir de lui même avant de commencer sa prêche.
  2. Si cela n'avait pas servit, il invitait la semaine suivante les femmes enceintes à ne pas venir le dimanche suivant.
  3. Le troisième dimanche, il lisait un anathème écrit sur un papier, avec des menaces. Puis il mettait tout à brûler et soufflait dessus. Le condamné devait alors courir le garou pendant 7 ans et visiter 7 paroisses par nuit.

 

Sources bibliographiques :

 

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer