web analytics

Le géant Hok Bras

Le géant Hok Bras fit trois prodiges et creusa la rade de Brest

 

Le baptême d’un géant

Dans les temps reculés, lorsque la rade de Brest n’était que peu large, un géant, nommé Hok Bras avait trouvé domicile entre Landerneau et Daoulas.

Déjà, enfant, il était géant. Si bien que pour son baptême, sa marraine n’eut pas besoin de le porter. Lorsqu’on lui mit du sel dans la bouche, il se mit à tousser et ainsi fit basculer un homme en face de lui. Cela le fit rire et les vitraux se mirent à tomber.

Le soir venu, il se rendit au trou au diable, devant lequel, il porta des pierres pour le boucher. Sa marraine le regarda faire, mais sa bague tomba dans le trou. Le géant y alla et attrapa une anguille qui avait avalé le bijou.

En récompense, sa marraine, qui était aussi une fée, le fit grandir. Pour cela, elle fit s’allonger et laisser grandir jusqu’à ce qu’il dise assez.

Il ne resta pas chez lui et se mit en quête de trouver une femme. Il demanda à sa marraine ce qu’elle en pensait. « Tu dois réussir trois prouesses avant ». Bien sûr, la recherche de la bague au fond du trou au diable comptait, mais il en fallait deux autres. On dit qu’il se mit à parcourir la région, finissant de construire la montage d’Arhez, mais aussi le Mont Saint Michel…

 

La recherche de la Lune

A son retour, le bailli le mit au défi d’attraper la lune. Aussi, la nuit tombée, il s’allongea et se mit aussitôt à grandir comme l’avait fait. Progressivement, il grandit, commençant à faire de l’ombre autour de lui. Ainsi, il finit par attraper la lune et dit « Assez ». Il retrouva ensuite sa taille et pu obtenir la récompense du bailli. Il était à deux prodiges.

 

La rade de Brest

Une fois sa prouesse terminée, il trouva qu‘il faisait trop chaud et se désola que la mer était si loin. Il se mit alors en tête de creuser un étang.

Le premier jour, il creusa entre Daoulas et Lanvéoc. Ensuite de Lanvéoc à Roscanvel. Et enfin le troisième jour, il se donna un coup de pied dans la butte qui bouchait. Ainsi, la mer s’engouffra dans le bassin. Jusqu’à Landerneau !

Un vaisseau à trois ponts entra alors dans la nouvelle rade de Brest. Toutefois, le bateau entra dans la bouche du géant Hok Bras qui était encore allongé et qui n’avait pu dire « assez ». Le géant se releva et ne trouva d’endroit pour se reposer. Dans sa fuite, il s’effondra et déclencha un tremblement de terre. Il s’effondra et mourut sur la montagne d’Arhez.

 

Sources bibliographiques :

  • Laurent de Barre, E (du). Les Veillées de l’Armor. Vannes. 1842

 

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer