web analytics

Le griffon

Le griffon, le monstre gigantesque et surpuissant de l'orient qui multiplie les forces de l'aigle et du lion.

Dans son livre des êtres imaginaire, Jorge Luis Borges regroupe différentes histoires autour du griffon !

Une chimère, entre aigle et lion

Certes les auteurs antiques évoquent le griffon, mais cela reste épistolaire. Ainsi, Hérodote parla de monstres ailés, affrontant les Arimaspes. Plein, lui évoque leurs longues oreilles et leur bec courbe.

C'est surtout avec John Mandeville qu'on dispose d'une description plus aboutie.

Ces monstres avaient le devant du corps d'aigle, le derrière d'un lion. Il était plus grand que huit lions et plus robuste que cent aigles.

En outre, ll avait la force d'emporter dans les airs, un cavalier à cheval, ou deux bœufs attelés. Pour cela, il pouvait utiliser ses serres aussi gigantesques que ses proies.

Le griffon au Moyen Age

Au Moyen Age, le griffon eut une symbolique contradictoire. Ainsi, il pouvait signifier le démon en Italie, mais aussi le Christ. En effet, Jésus était perçu comme le lion, souverain régnant, et l'aigle car s'envolant vers le ciel de la Résurrection.

Dans la divine comédie, Dante rêve d'un char tiré par un griffon. Cet animal fabuleux avait la partie d'aigle couleur or et celle du lion blanche. On y trouvait aussi du rouge.

Sources bibliographiques :

  • Borges, Jorge Luis. Le livre des êtres imaginaires. Gallimard. Traduction française 1987.
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer