web analytics

La hotte du diable

La hotte du diable rappelle le conseil des démons fuyants, face à l’arrivée de Saint Vandrille dans la Meuse.

 

Dans la revue des Traditions Populaires d’avril 1890, René Stiebel revient sur une légende ardennaise : la hotte du diable.

 

Légende de la christianisation

Dans le canton de Dun sur Meuse, il y avait une pierre spéciale. Elle faisait partie du groupe des pierres druidiques. Haute de 3 mètres, large de 2 ! Posée debout elle était appelée la hotte du diable.

Sa légende remonte à la christianisation des lieux.  En effet Saint Vandrille avançait le long de la Meuse pour convertir à la religion chrétienne. Sur son chemin, les démons reculaient.

 

Le conseil des démons

Toutefois, avant de quitter définitivement la région, ces démons tinrent conseil sur les grandes pierres druidiques qui existaient alors. Ils décidèrent ainsi d’enlever toute trace de l’ancien culte et de déménager les pierres.

Le déménagement était fort avancé quant Saint Vandrille n’arriva sur les lieux. Il ne restait en effet que cette pierre. Mais impossible de la bouger après que le saint eut fait un signe de croix. Le démon qui avait commencé à la prendre, la lâcha aussitôt.

A savoir enfin, que la pierre marqua la frontière entre les diocèses de Trèves, Reims et Verdun.

 

Sources bibligraphiques

René Stiebel in  la revue des Traditions Populaires d’avril 1890

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer