web analytics

La légende des pirates venus d’Algérie

La légende des pirates venus d’Algérie : quand la superstition annonçait le résultat d’une bataille navale…

Dans le numéro de septembre 1900 de la Revue des traditions populaires, Paul Sédillot revient sur les légendes sur les pirates et les corsaires.

Au XVIIe, un auteur publie l’histoire de la Barbarie. Il y évoque des pirates et notamment ceux venus d’Alger.

La superstition des flèches

Selon cet auteur, lorsque les pirates d’Algérie étaient en mer, ils avaient recours à des sortilèges et à la magie pour savoir qui serait victorieux lors du conflit.

Pour cela, ils prenaient deux flèches, en tenant une dans chaque main. Dans d’autres cas, deux d’entre ces pirates tenaient chacun sa flèche.

Ensuite, ils en désignaient une comme celle représentant le parti des chrétiens. Une autre était celle du camp algérien.

Lancement du combat de flèches

A ce moment là, l’écrivain du bateau se mettait alors à dessiner certains caractères tout en prononçant des paroles tirées de leur Alphierkan.

Aussitôt après qu’il ait prononcé ces paroles, on voyait ces deux flèches se mettre à combattre. Le combat durait jusqu’à ce qu’une l’emportait sur l’autre. Ainsi, les pirates anticipaient quel parti allait gagner la bataille.

Conséquences du combat

Dans le cas où la flèche représentant les algériens perdait, alors les pirates ne se mettaient pas en chasse du bateau adverse.

Seulement, dans le cas contraire, les pirates trouvaient alors une véritable joie et attaquaient tous les bateaux rencontrés en mer.

Sources bibliographiques :

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer