web analytics

Le neckre

Le neckre était un génie malfaisant bien connu de tous les peuples du nord de l’Europe, d’origine germanique.

 

Mais quel est donc ce nekcre dont les légendes des pays du nord de l’Europe évoquent le souvenir ?

Comme le raconte Edouard Edmont, dans le numéro de novembre 1908 de la Revue des Traditions Populaires, il s’agissait d’un génie des eaux, pouvant prendre mille formes différentes.

Il gardait l’entrée des golfes, mais devait recevoir chaque année, un tribu : une vie humaine.

 

Les noms du neckre

Frappant de constater que tous les peuples ayant une origine germanique l’appelaient de manière très proche.

En effet, les norvégiens le désignaient comme le Nik, les suédois en qualité de Nek ou Neck. De leurs côtés, les allemands le nommaient Nisse, en remplacement de Nicks dans des temps, plus ancien.  Pour les danois, il était le Nocken et pour les hollandais et flamand, le Necker.

 

Un fantôme apparaissant à Saint Omer

Dans le nord de la France, vivaient les Morins. Ils avaient aussi leurs neckre, dont on retrouve des traces dans le nord de l’Artois.

Selon le poète Simon Ogier, un fantôme s’était établi près de Saint Omer. Il errait d’ailleurs souvent dans la ville la nuit. Mais il prenait de nombreuses formes. On pouvait le croiser sous les traits de boeuf, d’un âne, d’un cheval voire d’un bélier. Il pouvait être davantage agressif se montrant en chien ou en ours. Enfin, il arrivait de le voir en homme ou en femme.

En Flandres, le neckre était de temps en temps assimilé avec le diable. Mais, c’est avec le gobelin que les anglais le classaient.

 

L’annonce d’un malheur

A Audruicq, petite commune du nord, le neckre était un génie plus sérieux. Il hantait les rivières. Aussi, les mères n’hésitaient pas à menacer de la venue du neckre pour sortir leurs enfants de l’eau.

Cependant, sa venue annonçait un terrible malheur. On le voyait alors sous l’aspect d’un chien noir, traînant une longue chaîne. Ainsi, lorsqu’on entendait dans la nuit le bruit d’une chaîne, on se doutait qu’un malade à proximité vivait ses derniers instants. Il arrivait qu’il roda autour d’une maison où un coup du sort se préparait.

 

Enfin, à Boulogne, une vallée porte le nom de ce génie : le Denacre. Elle renvoie à une croyance des habitants pour une divinité de l’eau qui y vivait.

 

Sources bibliographiques

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer