web analytics

Le péritio

Le péritio, un monstre mi-homme mi-oiseau qui cachait une âme meurtrie et devait hanter les marins se libérer

Qui sont les péritios, ces monstres maléfiques qui à en croire une légende médiévale rapportée par Jorge Luis Borges auraient détruits Rome ?

Une chimère, entre le cerf et l’oiseau

Selon la légende du XVIe siècle sur laquelle Borges se baserait, le peritio serait un cerf et un oiseau à la fois. Au cerf, il emprunterait sa tête, son cou, ses pattes. De l’oiseau, il aurait hérité du plumage, de l’arrière, de la queue et les ailes bien sûr.

Supposé venir de l’Atlantide, le péritio serait entre le vert foncé et le bleu clair.

Enfin, dernière bizarrerie, son ombre serait celle d’un homme… C’est d’ailleurs par cette caractéristique qu’il attrapes les hommes, se nourrissant de chair humaine.

Le péritio et l’âme des meurtriers emprisonnés

Suivant les sources, le péritio serait des âmes emprisonnées. Elles pouvaient provenir de meurtriers mais aussi de marins morts en mer.

Impossible de le tuer avec une arme humaine. Toutefois, il fallait que l’ombre recouvre totalement la victime pour qu’il puisse la tuer. Une fois qu’ils ont tué un être humain, il commence à s’apaiser, à se libérer.

Sources bibliographiques :

  • Borges, Jorge Luis. Le livre des êtres imaginaires. Gallimard. Traduction française 1987.
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer