web analytics

Le serpent et la vie humaine dans les légendes vietnamiennes

Le serpent et la vie humaine dans les légendes vietnamiennes : souvent mortel tout de même, mais pas toujours

 

Grace aux travaux de G Dumoutier dans le numéro de janvier février 1898 de la revue de la traditions populaires, nous évoquons ici les mythes du serpents au Vietnam.

 

Le serpent pouvait être la cause de maladies

Sur le chemin dans la campagne, Hoa Da rencontra un homme sur le point de mourir. Après l’avoir examiné, il lui donna un remède en forme de pâte composée d’herbes. Alors, l’homme recracha un très long serpent. Le monstre s’enfuit alors très vite dans les arbustes et fourrés sur le côté.

En effet, la médecine chinoise disposait de plusieurs remèdes contre les maladies causées par les serpents. Par exemple, le roi Ha Gian fut guéri de sa folie de la sorte. Lui, il recracha dix petits serpents.

 

 

Le serpent qui sauve la vie

Les serpents n’étaient pas obligatoirement mauvais pour la santé. Ainsi, les annales racontent l’histoire suivante. L’empereur chinois était venu faire la guerre à l’Annam. Pendant la nuit, il voulut faire un tour de reconnaissance du camp ennemi. Sur la route, il donna des ordres à chacun des officiers qui l’accompagnaient. De ce fait, il se retrouve seul, escorté par un seul soldat. C’est alors qu‘il s’allongea sur le sol. Tous deux s’endormirent.

Les annamites apprirent vite sa présence ainsi se reposant. Ils envoyèrent aussitôt des soldats pour le capturer. Cependant, un événement inattendu se réalisa.  A proximité, un serpent poursuivait un rat. Cependant, dans sa course, il heurta le souverain qui se réveilla. L’empereur put voir à temps les lances qui s’avançaient vers lui.

 

Le serpent mangeur d’hommes

Dans le sud de la Chine, à Canton, se trouvait un énorme serpent. Il se nourrissait des voyageurs qu’il croisait sur sa route. Cependant, pour délivrer la région de la malédiction, c’est ainsi qu’un sorcier le fit mourir. Il s’appelait Dông Phung. Dans l’antre du monstre, on retrouva de nombreux ossements humains. Le nombre fut réellement énorme. On en fit une colline, au sommet de laquelle on construisit un temple.

 

Sources bibliographiques :

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer