web analytics

Les serpents augures au Vietnam

Les serpents augures au Vietnam, de nombreux contes annonçant des grands désastres ou la fin d’une dynastie…

 

Dans la tradition sino annamite, les serpents pouvaient être porteurs d’augure. Sur la base des récits rapportés par G Dumoutier dans le numéro de janvier février 1898 de la revue de la traditions populaires, revenons sur ces contes.

 

Les serpents pouvaient être envoyés par les dieux afin d’apporter des grandes nouvelles. Ces présages pouvaient être de toutes les sortes : révoltes, guerres, complots, maladies…

 

Les 17 serpents augures

C’est ainsi qu’un jour, on vit arriver dans un appartement du palais royal à Honoï, 17 serpents. Le roi d’alors, Lê, déclara que 16 rois étaient dans cet endroit. Ainsi, en voyant les serpents, il en déduit qu’un 17e devrait mourir dans le courant du 18e mois.

En effet, le roi mourut au début de l’automne.

 

Les anneaux d’un énorme serpent

En voyage, le roi Van-Công, de la dynastie des Tan, découvrit que la route était bouchée par les anneaux d’un énorme serpent. Ses soldats se regroupèrent et allèrent se précipiter sur lui. Toutefois, le souverain les arrêta en disant que lorsqu’un roi croise un serpent ainsi, c’est le signal d’un avertissement divin, signe d’un manquement grave.

Il rentra alors au palais et remarqua de nombreuses erreurs et négligences. Aussitôt, il se ravisa et les corrigea.

Un peu plus tard, il rêva que le serpent fut tué. Un coup de tonnerre aurait eu raison du monstre. Ainsi, il comprit qu’il avait satisfait les dieux.

 

Le serpent à deux têtes

Croiser un serpent à deux têtes est de très mauvaise augure. Une seule solution : le tuer. Si on y parvenait pas, alors on était sûr de mourir avant la fin du jour.

 

La fin de l’Empire

Le fils de l’empereur de Chine se promenait sur son char. Tout d’un coup, non loin du palais, il rencontra un obstacle. Alors, il fit descendre son cocher pour voir ce qu’il en retournait. C’est ainsi qu’on s’aperçut qu’un serpent s’était enroulé sur l’une des roues.

Il demanda ce que signifiait ce signe. On lui répondit que cela signifiait la perte de l’Empire. Alors, le prince se coupa la gorge.

 

La fin de la dynastie

Sous la dynastie des Trân, un fonctionnaire, appelé Pho-Vê, fit des remontrances au souverain. Il fut condamné à mort. Toutefois, à la suite du châtiment, tous les aliments déposés sur l’autel des ancêtres dynastiques furent dévorés par un serpent. On ne savait pas d’où il arrivait et où il repartait. Cet augure annonça la fin de la dynastie.

 

Présages de temps très difficiles

Dans le Huyen de Tang-Sai, on disait pouvoir voir des serpents volants. L’un deux, Phi-Ri était ailé et avait quatre pattes. Sa venue annonçait celle d’une sécheresse.

Par ailleurs, lorsqu’on apercevait un serpent monté sur le dos d’un dragon, alors, le pays devait se préparer à une grave famine.

 

Sources bibliographiques :

 

%d blogueurs aiment cette page :