web analytics

Le simurgh

Le simurgh était le grand oiseau mythique de la mythologie persane. Immortel, il maîtrisait toute la science.

Voici un oiseau grand et mythique ! Tellement grand, qu'il pouvait emporter dans les airs, chameaux et éléphants.

L'oiseau immortel, possédant toute la connaissance

Pour les persans, le simurgh était un oiseau immortel, nichant dans les branches de l'arbre de la science.

Pour Farid ed-Dîn Attâr, il est un symbole divinité.
Selon Al- Quazwînî, le simurgh vit sept mille ans. A l'image du phénix, quand le fils est devenu grand, le père meurt en brûlant sur un bûcher.

En tout état de cause, on pensait qu'il avait vu trois fois la destruction du monde. Dans ce contexte, il possédait tout le savoir de l'humanité.

On raconte aussi dans la mythologie persane, que le simurgh a une haine particulière contre les serpents.

La quête pour le roi des oiseaux

La légende raconte que le simurgh était parti en Chine. Là, au centre de l'empire du milieu, il laisse tomber une plume. C'est à la recherche de cette dernière, que les oiseaux partent, pour retrouver un ordre. En effet, le nom du simurgh, qui est leur roi, veut dire 30 oiseaux

Ils se rendent dans son chateau, dans le caff, cette chaine de montagne circulaire. Mais l'épreuve est délicate.

En effet, le rossignol prend peur, évoquant son amour pour la rose, pour se sortir de cette route. Le perroquet indique lui que sa beauté pourrait l'emmener en cage. La perdrix ne veut, elle, pas affronter les collines. De leurs côtés, le héron et la chouettes ont peur des ruines.

Mais les oiseaux continuent leur route, traversant les sept vallées. Ils doivent passer les dernières appelées également le vertige et l'anéantissement. Beaucoup meurent sur le chemin. C'est au nombre de trente qu'ils atteignent le palais du simurgh.

Le simurgh et son fils adoptif

Dans le Livre des Rois de Ferdoussi, le simurgh est mis en avant dans un poème.

Zal, le fils du roi de Siam, naquit albinos. Quand le roi le vit, il crut que c'était la marque de démons. Pour cela, il abandonna l'enfant dans une montagne. Mais ses pleurs attirèrent l'attention du simurgh. L'oiseau prit de pitié pour son sort, l'adopta et l'éleva. Ainsi, à ses côtés, Zal profita de toute sa connaissance du monde.

Une fois adulte, Zal voulut retrouver les siens. Très triste, le simurgh le laissa partir, mais en lui confiant comme protection une plume dorée. Dans le cas où il aurait besoin d'aide, il n'aurait qu'à la brûler.

De retour dans son pays, Zal épousa Rudabeh. Cependant, au moment de l'accouchement, les événements prirent une mauvaise tournure. Craignant que la femme ne meure, Zal fit appel au simurgh. Ce dernier arriva et par césarienne, parmi la naissance de l'enfant.

Sources bibliographiques

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer