web analytics

Le temps et le phénix

Le temps et le phénix : période théorique, impossible à reconstituer mais signifiant les migrations des âmes

 

 

Ainsi que le rappelle le mythe, le phénix venait régulièrement à Héliopolis, en Egypte. Il s’agissait d’une visite rituelle, permettant au fils de donner les rituels funéraires au père.

Animal exceptionnel, sa venue l’était tout autant. En effet, seul représentant de son espèce, le phénix avait une durée de vie particulièrement importante.

 

 

Les dates des venues du phénix

Bien qu’aucun monument égyptien n’évoque de date, grâce aux grecs et au romains, les venues présupposées du phénix nous sont connues.

 

Ainsi, d’après Tacite, le phénix se serait rendu en Egypte à quatre reprises :

  • La plus ancienne connue est sous Sésostris, premier pharaon de la XIXe dynastie, vers XVe siècle avant JC.
  • La seconde aurait été sous Amasis entre 569 et 526 avant JC.
  • La troisième, sous Ptolémée III entre 247 et 22 avant JC.
  • La quatrième, sous l’empereur romain Tibère vers l’an 34.

 

D’autres anciens affirmèrent que le phénix serait venu également vers 608 avant JC, mais aussi en 312 avant JC…

 

Certains romains avancèrent qu’il était également venu en 36 et en 47 après JC.

Il est ainsi frappant de constater que ces périodes sont tout sauf régulières. En outre, difficile de faire le lien avec la venue tous les 500 ans avancée par les anciens.

 

 

La durée de vie du phénix

Le grec avançait que dans Le temps et le phénix, une période très théorique et impossible à reconstituer mais signifiant les migrations périodiques des âmes.

Ensuite, 4 vies de corneille correspondaient à celle d’un cerf. Trois vies de cerf aboutissaient à une vie de corbeau. Il fallait 9 vies de corbeau pour atteindre celle du phénix.

De leurs côtés, les égyptiens prêtaient la vie d’une corneille à 100 périodes intercalaires, soit 400 ans…. Ce calcul nous amènerait à penser que la vie d’un phénix s’étendrait sur 43 200 ans.

 

Un autre philosophe stoïcien estima que pour les égyptiens, le phénix mourrait au bout de 7006 ans. Pour Tacite, sa durée de vie s’élevait à 1 461 ans… Toutefois, pour Pline, elle s’élevait à 1 000 ans.

Cependant de nombreux textes grecs donne la durée de la vie du phénix à 500 ans.

 

 

Bref, des dates bien différentes. Mais cela n’avait pas une grande importance. En effet, la durée de vie du phénix signifiait les périodes prêtées aux migrations des âmes des défunts. Aussi pour les égyptiens, il était important qu’un miracle se produise de temps en temps sur l’autel d’Héliopolis… s

Enfin, c’est ainsi qu’interprétait en 1864 Thomas Martin ce qu’il lui semblait un énigme.

Le calendrier égyptien et la grande année « sothiaque »

 L’égyptologie a mis en évidence la vision du calendrier des égyptiens. Ils mesuraient l’année à partir du mouvement des astres. L’un d’entre eux avait une importance fondamentale : Sothis.

Elle revenait dans le ciel courant juillet, annonçant pour les égyptiens la venue de la crue du Nil. Cet épisode était essentiel. Toutefois, le calendrier égyptien comportant 365 jours. Ce décalage avec la période de rotation de la Terre autour du Soleil apportait des décalages dans l’apparition de Sothis. Aussi, tous les 1460 ans, l’étoile réapparaissait à la bonne date.

Ce retour signifiait la réémergence des temps et la venue de l’âge d’or. En quelque sorte, le phénix, ou le bénou revenait à Héliopolis. En effet, les égyptiens rapprochaient le phénix avec Sothis, que nous désignons aujourd’hui Vénus.

 

Sources bibliographiques :

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer